LES GENERALITES : Qu'est-ce qu'une SCI à capital variable - Avantages de la SCI variable - Question/Réponses (FAQ) -
INFOS GENERALES : Infos fiscales - infos sociales -
infos juridiques générales - LETTRES infos publiées
COMBIEN CA COUTE
: pour monter une SCI à capital variable
VOUS PROCURER NOTRE DOSSIER :
Bon de commandeNOUS ECRIRE : ici UTILES : Sites utiles - GRATUIT : lettre d'infos
RETOUR au sommaire

Arrêt du 17 mai 2002 rendu par l'Assemblée plénière
BAIL COMMERCIAL
Domaine d'application. - Extension conventionnelle. - Dispositions impératives. - Congé. - Forme. - Acte extra-judiciaire.

En cas de soumission conventionnelle au décret du 30 septembre 1953 relatif au bail commercial, sont nulles les clauses contraires aux dispositions impératives de l'article 5, alinéa 5, dudit décret devenu l'article L. 145-9, alinéa 5, du Code de commerce relatives à la forme du congé.

LA COUR,
Sur le moyen unique, pris en sa première branche :
Vu l'article 5, alinéa 5, du décret du 30 septembre 1953, devenu l'article L. 145-9, alinéa 5, du Code de commerce ;

Attendu qu'en cas de soumission conventionnelle au décret du 30 septembre 1953 relatif au bail commercial, sont nulles les clauses contraires aux dispositions impératives du texte susvisé relatives à la forme du congé ;

Attendu, selon l'arrêt attaqué, rendu sur renvoi après cassation, (troisième chambre civile, 3 avril 1997, n° 95-10.717), que la société Groupe Ribourel a mis en vente divers appartements dans un immeuble ayant une destination hôtelière ; que chaque acquéreur a consenti pour une durée de dix années un bail à une société dont les droits et obligations ont été repris par la société anonyme Groupe Ribourel (société Ribourel) ; que, par lettre du 9 juillet 1990, la société

 

 

Ribourel a informé les bailleurs que les baux ne seraient pas renouvelés à leur date d'expiration, le 31 mars 1991, en offrant de proroger le bail jusqu'au 4 mai 1991 ; que les époux Caporal, contestant la régularité de ce non-renouvellement, ont assigné la société Ribourel en réparation de leur préjudice résultant de l'inexécution du bail ;

Attendu que pour rejeter la demande des époux Caporal, l'arrêt retient que dès lors qu'on se trouve dans un cas d'application conventionnelle du statut, la notion d'ordre public n'intervient pas, que la volonté des parties telle qu'elle est exprimée dans la convention doit s'appliquer et que la règle du décret imposant à peine de nullité que le congé soit donné par acte extrajudiciaire n'a pas à s'appliquer, les clauses du bail en disposant autrement ;

Attendu qu'en statuant ainsi, la cour d'appel a violé le texte susvisé ;
PAR CES MOTIFS, et sans qu'il y ait lieu de statuer sur les autres branches du moyen :
CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu'il a déclaré les époux Caporal mal fondés en leur appel et les a déboutés de l'ensemble de leurs prétentions, l'arrêt rendu le 16 novembre 1999, entre les parties, par la cour d'appel de Grenoble ; remet, en conséquence, quant à ce, la cause et les parties dans l'état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d'appel de Lyon ;
ASS. PLEN. - 17 mai 2002. CASSATION PARTIELLE
N° 00-11.664. - C.A. Grenoble, 16 novembre 1999. - Epoux Caporal c/ société Groupe Ribourel et a.

Extension conventionnelle du statut
Arrêt rendu par l'Assemblée plénière

29ème année
Procurez-vous dès maintenant notre dossier pour créer vous-même votre SCI... TOUT DE SUITE, IMMEDIATEMENT